SIAFEE - AgroParisTech
Département SIAFEE - Sciences et Ingénierie Agronomiques, Forestières, de l'Eau et de l'Environnement

Accueil > Mémoires > DA IDEA > IDEA 2008-2009 > Analyse de la mise en place de la gestion d’un site du Conservatoire du (...)


Analyse de la mise en place de la gestion d’un site du Conservatoire du Littoral – la Grande Île de l’estuaire de la Gironde – et préconisations.

Mémoire 3A ingénieur DA IDEA  -  Auteurs : HOUIN Raphaëlle , 2015

Résumé :

Située sur l’estuaire de la Gironde, au niveau de la confluence entre la Dordogne et la Garonne, la Grande Île est la plus vaste des huit îles de l’archipel du fleuve. Issue de la réunion de quatre îles différentes, elle s’étend aujourd’hui sur près de 800 ha et constitue une mosaïque d’espaces naturels et cultivés.
En 2001, le Conservatoire du Littoral y intervient pour la première fois en faisant l’acquisition d’un domaine de 44 ha présentant un fort potentiel écologique, après plusieurs dizaines d’années sans qu’il n’y ait d’activité agricole.
En dehors de ce domaine, la majeure partie de la Grande Île appartient alors à un exploitant agricole qui assure une gestion minimale et peu respectueuse du site. Il y pratique une agriculture intensive, n’entretient ni les ouvrages hydrauliques ni les bâtiments, qui présentent pourtant un intérêt architectural évident.
Sa propriété est mise en vente en 2003 et attire un certain nombre de projets d’aménagement à des fins touristiques.
La richesse écologique des sites et le potentiel agricole ont conduit le Conservatoire du Littoral et la Fondation du Littoral à s’associer pour assurer l’acquisition du site, puis sa restauration et sa valorisation dans une perspective de développement durable. La Fondation souhaite y développer un projet original fondé sur la promotion de l’agriculture littorale. Elle soutient ainsi la SCEA Atlantide (Société Civile d’Exploitation Agricole) pour l’acquisition de bâtiments et de 240 ha de terres, et devient gestionnaire de l’ensemble de la propriété du Cdl, soit un peu moins de 300 ha de parcelles cultivables et d’espaces naturels. En dehors des 44 ha acquis en 2001, le site a donc une vocation prioritairement agricole, situation originale pour les terrains du Conservatoire qui sont habituellement orientés vers la préservation de la biodiversité, des paysages, et l’accueil du public.
La mise en place de la gestion des terrains du Conservatoire passe par la rédaction d’un plan de gestion, document qui décrit les objectifs de mise en valeur et de gestion du territoire, ainsi que les opérations et moyens à mettre en oeuvre pour les atteindre. La première étape de ce processus consiste à établir un diagnostic ou état des lieux du site.
Deux ans après l’acquisition, cette étude dresse ainsi le bilan des potentialités de la Grande Île aujourd’hui reprise par l’exploitation agricole (écologiques, agronomiques, paysagères, etc.) et s’intéresse également au bilan du partenariat entre le Conservatoire et la Fondation du Littoral.
Le diagnostic montre que sur le plan agricole, l’outil de production est progressivement remis en état, bien que l’exploitation rencontre encore des difficultés. Sur le plan écologique, le potentiel des milieux naturels est avéré mais est menacé par l’absence actuelle d’entretien des espaces (cependant prévu pour les années à venir). Enfin, le diagnostic met en évidence un potentiel touristique certain, aujourd’hui non valorisé afin de respecter la dimension agricole du projet.
Le bilan du jeu des acteurs semble montrer que le Cdl et la Fondation font encore leur apprentissage l’un de l’autre et ne sont pour le moment pas parvenus à établir une réelle collaboration dans le cadre de ce partenariat encore jeune.
La définition commune du projet agricole fondé sur l’étude et la valorisation des caractéristiques de l’agriculture littorale serait un moyen de faire avancer la mise en place de la gestion du site. Cette étude donne quelques pistes à explorer dans cette direction.


Within the Gironde estuary between le Bec d’Ambès and Pauillac are a series of eight small islands. The Grande Île is the biggest one : it is the result of the jointure of four different islands which have gradually melt to become a 800 ha - 2000 acres - mosaic of wild and farmed areas.
In 2001, the Conservatoire du Littoral or “Coastal protection agency” acquired a 44 ha land with a high ecological potential, after remaining without any farm activities during many years.
At the time, the main part of the island used to belong to a farmer who ensured a minimum and disrespectful management of the lands, by practicing intensive farming for instance, or without looking after the buildings and dikes. In 2003, he decided to sell his property. Therefore, several projects of touristic development were proposed to replace the farm.
Given the ecological and agronomical potential of the Grande Île, the Conservatoire decided to form a partnership with the Fondation du Littoral - a private foundation who works for the coastal sustainable development - in order to acquire the land, to ensure the restoration work and to promote the island in a sustainable way. The Foundation wanted to develop an agricultural project based on “coastal farming”. Thus, it financially helped an agricultural society called Atlantide to acquire the farm buildings and 240 ha of land in the island. The Conservatoire entrusted the management of his 300 ha property – 50 ha of wild areas and 250 of farmable land –to the Foundation.
Nowadays, except for the 44 ha area of woods and water meadows acquired in 2001 for their ecological potential, the land of the Grande Île has a farming purpose. This situation is very different from the usual Conservatoire’s lands which are normally dedicated to biodiversity and landscape conservation.
The management of the Conservatoire’s lands is defined in a document that specifies the objectives to achieve for each of these lands and the strategy to do it. The first step to write this document is to build a diagnosis of the land. In this context, I have realised an assessment of the situation of the Grande Île, two years after the acquisition. It highlights its potentialities in terms of biodiversity, landscape, farming, tourism, etc, but it also addresses the issue of the partnership between the Conservatoire and the Foundation.
First, the diagnosis shows that as regards farming, the rehabilitation of the farm system is in progress. Nevertheless, Atlantide needs more time to tackle several issues such as water management, weeds, pests, etc. Then, some areas of the island have a remarkable ecological potential but are threatened by the lack of management - which should be organized next year. Finally, the island has an obvious potential in terms of tourism, which is not promoted so far in order not to stand in the way of the farming purpose.
Now, as regards the relationships between the protagonists, the diagnosis seems to indicate that the Conservatoire and the Foundation are still learning from each other and that so far, they haven’t succeeded in establishing the conditions of their collaboration, in the context of this young partnership.
But a shared definition of an agricultural project based on the study and the promotion of the coastal farming could be a way to push the partnership a little further. This study gives some avenues to be explored in this direction.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |