SIAFEE - AgroParisTech
Département SIAFEE - Sciences et Ingénierie Agronomiques, Forestières, de l'Eau et de l'Environnement

Accueil > Mémoires > DA IDEA > IDEA 2008-2009 > Caractéristiques agronomiques et socio-économiques de la sylviculture du teck (...)


Caractéristiques agronomiques et socio-économiques de la sylviculture du teck dans la municipalité de Vientiane et le district de Luang Prabang (RDP Laos). Evaluation des conséquences pour la conservation des sols.

Mémoire 3A ingénieur DA IDEA  -  Auteurs : REBOUL-SALZE François , 2015

Résumé :

Cette étude s’intéresse à la culture du teck dans la province de Luang Prabang et la municipalité de Vientiane. Dans un premier temps, elle souhaite comprendre les raisons qui expliquent son essor à travers le pays en s’appuyant sur les textes de lois forestières, sur la Politique agricole nationale et sur des interviews auprès des producteurs de teck. Ce rapport cherche aussi à expliquer l’érosion observée sous couvert de teck grâce à une analyse des pratiques agricoles utilisées par les propriétaires et à une classification des sols. Notre étude s’appuie sur un ensemble de données de terrain collecté dans 58 parcelles réparties sur les deux zones d’études, ainsi que de 52 interviews des propriétaires de parcelles analysées.
Même si notre échantillon ne peut être qualifié de représentatif pour chaque zone étudiée, la recherche de situations variées sur le plan géographique, géologique et agronomique lors de la collecte de nos échantillons nous offre un point de vue d’ensemble sur la culture du teck dans ces deux localités. Lors de nos enquêtes de terrain, nous avons donc couvert une large gamme de situations.
Il est ressorti de notre analyse que les propriétaires de teck des deux zones étudiées, ne considèrent pas du tout cette culture de la même manière : les réponses d’interviews dans le district de Luang Prabang suggèrent qu’ils voient les plantations de teck comme une ‘banque verte’ qui subviendra à leurs besoins dans les moments difficiles ou lors d’investissements alors que ceux de la municipalité de Vientiane voient ces plantations comme une façon intelligente d’occuper leurs terre (généralement inexploitées). Il a été mis en avant que ce contraste provenait vraisemblablement d’un mélange complexe de différences de richesses, de surfaces et de qualité des terres agricoles mais aussi de politique agricole entre la riche plaine alluviale de Vientiane et le district montagneux de Luang Prabang.
L’analyse des pratiques culturales appliquées par les laotiens dans leurs parcelles a mis en évidence un manque d’information sur le prix de vente du teck ou des plantations ainsi que des lacunes sur les techniques d’éclaircissement et de gestion des plantations de teck. Ces deux points minimisent le bénéfice obtenu par les laotiens lors de la vente du teck. Nous avons enfin traité le sujet de l’érosion sous couvert de teck. Nous y avons montré que des mesures simples et gratuites comme une meilleure gestion du couvert végétal du sous bois pouvait réduire fortement ce phénomène tout en gagnant du temps de travail et sans limiter la croissance des arbres (contrairement aux croyances locales).
Ainsi, malgré un développement important des plantations de teck à travers le Laos, cette culture ne semble pas aujourd’hui assez maitrisée pour en tirer un profit maximal et pour limiter ses impacts sur l’environnement.


This study focussed on the cultural attitudes of agricultural teak production in the Luang Prabang Province and the Vientiane Municipality, Lao PDR. Analysis was undertaken regarding the reasons for the increase in teak production through the study of current forestry legislation, national agricultural policy and personal interviews with teak producers. Research into the reasons for varying soils erosion rates was also undertaken via an analysis of agricultural techniques used by producers and the variation in soil. Data were gathered through 58 site plots of teak plantations distributed through the two studied regions, with a total of 52 interviews of plot owners conducted.
Although our sample cannot be qualified as representative of each studied zone, the search of varied situations during our sampling as regards to geography, geology and agronomy offers us a general point of view on teak farming in these two localities. During our survey, we covered a large range of situations.
Results from both teak plantations studied showed major differences in the reason why plantation owners grow teak. Survey results from plantations in the Luang Prabang Province indicate growers view their plantations as ‘green banks’ that will provide them with money during hard economic times and a method of future income generation. Conversely, teak plantation owners in the Vientiane Municipality viewed their plantations as an intelligent method of land occupation (otherwise unexploited). The different views on teak plantation are believed to be due to several reasons : the complex variation in geographical soil differences, terrain and the quality of agricultural land. Differences in policy regarding the alluvial plains of Vientiane and the mountainous regions of Luang Prabang are also considered significant factors in the variation of opinions from plantation owners.
The analysis of agricultural techniques applied by Laotian teak plantation owners Demonstrated a lack of information regarding timber management principles, such as tree thinning practices. A lack of knowledge regarding teak pricing and selling was also observed in both regions, leading to owners receiving inadequate financial benefits when selling their harvested teak or their plantations.
Local knowledge regarding soil erosion was also studied, with results showing plantation owners are misinformed, regarding soil erosion minimisation techniques, but that they are concerned by this issue. Results indicated that the application of inexpensive and simple measures could greatly reduce the rate of soil erosion without diminishing the growth rate of teak.
This report demonstrates that the Lao PDR has experienced a significant increase in the number of teak plantations now occurring in the Lao PDR. However environmental impacts associated with soil erosion can be greatly improved, as well as economic profits gained by teak plantation owners.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |